Connectez-vous S'inscrire
SIZ-Nursing asbl

14 pays adoptent la taxe sur les billets d'avion

A l'occasion de la conférence internationale sur le Sida au siège de l'Onu, 14 pays se sont engagés à appliquer cette taxe, destinée à lutter contre la maladie dans les pays en voie de développement.



L'idée était chère à Jacques Chirac. La taxe sur les billets d'avion, destinée à financer la lutte contre le HIV, a été adoptée vendredi lors de la conférence internationale sur le Sida. Après trois jours de sommet au siège de l'Onu à New York, quarante-trois pays ont signé un texte créant Unitaid, un nouveau mécanisme d'achat de médicaments à faible coût visant à lutter contre le Sida, le paludisme et la tuberculose dans les pays en voie de développement. Ces maladies font chaque année entre six et huit millions de morts, essentiellement dans les pays du sud.


La taxe instaurée le 1er juillet en France

Parmi ces quarante-trois pays signataires du texte, seuls quatorze se sont engagés à instaurer la taxe sur les billets d'avion, défendue depuis longtemps par le président français. En France, elle sera mise en application dès le 1er juillet. La France et le Brésil, à l'origine du système Unitaid (ou FIAM, Facilité internationale pour l'achat de médicaments) ont été rejoints par la Norvège et le Chili.

Au total, un milliard de dollars par an sont attendus pour l'ensemble des pays qui se sont engagés pour cette taxe sur les billets d'avion, dont 250 à 300 millions pour la France. Mais de nombreux pays riches restent réservés quant à cette taxe défendue par la France : Etats-Unis, Canada, Australie et la plupart des partenaires européens.

La Fifa partenaire d'Unitaid

La Fédération internationale de football (Fifa) est aussi partenaire d'Unitaid. Durant le Mondial en Allemagne, qui devrait être suivi par 35 milliards de personnes, les capitaines échangeront symboliquement un ballon au logo Unitaid au début de chaque match.

Pas d'engagements précis

Le président français -dans un message lu par Philippe Douste-Blazy, ministre des Affaires étrangères (photo)- a estimé qu'Unitaid permettra, par sa capacité d'achat en masse de médicaments comme les antirétroviraux contre le sida, de donner "aux industriels la visibilité indispensable pour investir dans la recherche et de nouvelles capacités de production pharmaceutique", et de "consolider la baisse des prix".

Le texte ne satisfait cependant pas tout le monde. Certainsd ONG dénoncent le manque d'engagements précis des pays dans ce texte. L'Onu a estimé entre 20 et 23 milliards de dollars annuels d'ici à 2010 le financement nécessaire à une lutte antisida efficace, or le texte signé ne contient aucun engagement formel pour y parvenir.

25 ans après son apparition, le Sida ou syndrome de l'immunodéficience acquise, est devenu une épidémie planétaire, la plus meurtrière de l'histoire. Depuis les cinq premiers cas signalés aux Etats-Unis en 1981, le VIH a fait 25 millions de morts et contaminé 40 millions d'autres personnes.

Samedi 3 Juin 2006
D. Heurtaut - LCI Info Sciences
Lu 1034 fois

Contacts | Qui sommes-nous ? | Actualités | Modules de Formation | Symposium | Législation et agrément | Résumé Hospitalier Minimal | Dépêches | Offres d'emploi | Article scientifique | TOUT sur le N.A.S. | Classification IF-IC