Connectez-vous S'inscrire
SIZ-Nursing asbl

Hyperthermies malignes et sévères



Définition

- température normale : 36 à 37,5°C
- fièvre : élévation de la température induite par des cytokines libérées lors de l'inflammation
- hyperthermie : élévation de la température par défaillance de la thermorégulation
- hyperthermie sévère : lorsque la température est > à 40°C (à partir de 42°C : développement d'un syndrome de défaillance multiviscérale).

Principales causes d'hyperthermie sévère

1. Coup de chaleur
- classique : en cas de comorbidité (maladie cardiovasculaire, troubles neurologiques ou psychiatriques, obésité, sujet âgé,…)
- à l'effort

2. Hyperthermie maligne : au cours d'une anesthésie générale (succinylcholine, halothane)
* parfois jusqu'à 10h après l'induction
* lié à une anomalie héréditaire au niveau des muscles striés

3. Syndrome malin des neuroleptiques
voir toxidromes
* réaction idiosyncranique à des agents psychotropes
* principaux agents en cause : halopéridol, tiapride, rispéridone, métoclopramide
* tableau neurologique important : rigidité musculaire (tuyau de plomb), tremblements, dystonies, dyskinésies, troubles mentaux, instabilité végétative (tachycardie, tachypnée, arythmies cardiaques, HTA, hypotension, sudations,…)

Diagnostic différentiel
- sepsis et infections diverses
- phéochromocytome
- catatonie maligne (psychose)
- crise thyroïdienne
- AVC hypothalamique
- mal épileptique
- hémorragie cérébrale
- delirium tremens
- syndrome sérotoninergique
- intoxications (salicylés, lithium, sympathomimétiques, anticholinergiques).

Bilan
- évaluer température et signes vitaux
- Rx thorax (œdème pulmonaire)
- ECG (arythmies, ischémie, infarctus)
- laboratoire : notamment coagulation (CIVD) rhabdomyolyse (CPK, myoglobinurie), fonction rénale,…
- en cas d'hyperthermie maligne : analyse génétique

Traitement
1. Refroidir : dévêtir, éviter frissons (diazépam ou lorazépam IV), bain d'eau froide (difficile à monitorer), perfusions de liquides froids, couverture refroidissante, lavage gastrique froid.
2. Traitement pharmacologique (hyperthermie maligne et syndrome malin des neuroleptiques ) : dantrolène (2mg/kg IV, à répéter toutes les 5 minutes jusqu'à régression des symptômes) jusqu'à un maximum de 10mg/kg puis 4 à 8 mg/kg/J po en 4 doses pendant 3 jours
3. Réanimation des complications :
- déshydratation
- troubles ioniques
- insuffisance rénale aiguë (rhabdomyolyse)
- arythmies cardiaques
- infarctus myocardique
- cardiomyopathie
- insuffisance respiratoire
- pneumonie d'aspiration
- TVP, embolie pulmonaire (héparine préventive)
- CIVD
- convulsions
- HTA (clonidine)

www.oncorea.com

Lundi 20 Octobre 2008
Julien Stievenart
Lu 1707 fois

Nouveau commentaire :

Contacts | Qui sommes-nous ? | Actualités | Modules de Formation | Symposium | Législation et agrément | Résumé Hospitalier Minimal | Dépêches | Offres d'emploi | Article scientifique | TOUT sur le N.A.S. | Classification IF-IC