Connectez-vous S'inscrire
SIZ-Nursing asbl

La DHEA n'empêche pas de vieillir

Contrairement à ce qui a pu être avancé, la pilule antivieillissement n'améliore pas la qualité de la vie ni la force physique, selon une nouvelle étude.



L'augmentation rapide de l'espérance de vie contraint la société à tout mettre en oeuvre pour retarder les atteintes liées à l'âge. Dans ce contexte, il y a quelques années, le professeur Etienne-Emile Beaulieu s'était fait l'ardent défenseur en France de la DHEA - une hormone produite par la glande surrénale et dont les taux diminuent avec l'âge - comme pilule antivieillissement. Il n'était d'ailleurs pas le seul.

De multiples travaux expérimentaux ont été menés, aux États-Unis, avec des résultats variables. Ainsi des études ont rapporté que la longévité chez les humains et les primates était associée à des taux plus élevés de DHEA. Chez les rongeurs, la DHEA aurait permis d'améliorer des troubles métaboliques favorisant le diabète ou les maladies cardio-vasculaires. Il n'en fallait pas plus pour qu'un engouement planétaire en faveur de la DHEA se développe dans les pays industrialisés. En 2001, lors d'un essai contre placebo, le professeur Beaulieu montrait que la DHEA améliorait la qualité de la peau et la libido pour les femmes de plus de 70 ans.

Les médecins du département d'endocrinologie de la Mayo Clinic à Rochester ont décidé à leur tour d'évaluer les effets de la DHEA et publient aujourd'hui leurs travaux dans le New England Journal of Medicine. Ils ont ainsi comparé pendant deux ans les effets de la DHEA ou de faibles doses de ­testostérone à un placebo chez 87 hommes et 57 femmes (chez qui le seul produit actif testé a été la DHEA) âgés de plus de 60 ans, sur la composition corporelle (muscles et graisses), les performances ­physiques, la densité osseuse, la glycémie et la qualité de vie.

Les résultats sont décevants. « Qu'il s'agisse de la DHEA ou de la testostérone, nous n'avons observé aucun effet sur les performances physiques, sur la sensibilité à l'insuline, ou sur la qualité de la vie, écrivent les auteurs. Les hommes traités par testostérone ont eu une faible mais significative augmentation de leur « masse corporelle sans graisse », mais sans changement net de la taille des muscles ou de la force musculaire. La DHEA n'entraîne aucun effet sur la masse grasse des hommes et des femmes. » Il apparaît que les femmes traitées par la DHEA ont une meilleure densité osseuse au niveau de l'extrémité du radius (un os de l'avant-bras), mais pas au niveau des quatre autres sites examinés. Pour les hommes avec l'une ou l'autre hormone, la densité osseuse est un peu augmentée au niveau de la tête fémorale. Par ailleurs, aucun effet secondaire n'a été observé, en particulier chez les hommes où aucune modification de la prostate ou des taux de PSA (marqueur de cancer) n'a été relevée. Ce qui est plutôt rassurant, même si la sécurité de ces hormones sur la prostate ne peut être évaluée qu'à long terme. « Il n'y a pas de raison de considérer que la DHEA ou des doses faibles de testostérone, représentent des produits anti-âge efficaces», concluent les médecins. Pour améliorer la densité osseuse, les muscles, les performances cardio-vasculaires, on n'a pas encore trouvé mieux que la pratique régulière de l'exercice physique.

Jeudi 19 Octobre 2006
M. Perez - Le Figaro
Lu 1032 fois

Contacts | Qui sommes-nous ? | Actualités | Modules de Formation | Symposium | Législation et agrément | Résumé Hospitalier Minimal | Dépêches | Offres d'emploi | Article scientifique | TOUT sur le N.A.S. | Classification IF-IC