Connectez-vous S'inscrire
SIZ-Nursing asbl

Les femmes auraient moins tendance à être traitées aux soins intensifs

TORONTO - Des études suggèrent que les femmes se retrouveraient moins souvent que les hommes dans les départements de soins intensifs des hôpitaux.



Le Dr Donna Stewart, professeur à l'Université de Toronto, a déclaré que plusieurs études, dont celle publiée mercredi dans les pages du Journal de l'Association médicale canadienne, démontrent une grande différence.

Par exemple, les femmes auraient moins recours à la greffe de rein, à la respiration assistée mécaniquement, aux pontages coronariens et autres traitements relatifs à des problèmes cardiaques.

Le Dr Stewart s'est dite surprise de constater qu'il y ait une différence si marquée entre les hommes et les femmes, mais cite tout de même plusieurs raisons qui pourraient l'expliquer, comme le fait que les femmes prennent souvent soin d'un partenaire plus âgé qui est parfois déjà décédé au moment où elles-mêmes ont besoin de soins.

Mais pour elle, cette tendance est malsaine et d'autres études devront faire la lumière sur celle-ci.

Vendredi 14 Décembre 2007
La presse canadienne, Google
Lu 1170 fois

Contacts | Qui sommes-nous ? | Actualités | Modules de Formation | Symposium | Législation et agrément | Résumé Hospitalier Minimal | Dépêches | Offres d'emploi | Article scientifique | TOUT sur le N.A.S. | Classification IF-IC