Connectez-vous S'inscrire
SIZ-Nursing asbl

Pfizer accusé d'avoir utilisé des enfants comme cobaye

Le gouvernement nigérian a porté plainte lundi contre le groupe pharmaceutique américain Pfizer et réclame sept milliards de dollars de dommages pour des essais d'un médicament responsable de la mort de nombreux enfants.



Le groupe pharmaceutique américain Pfizer (PII) est accusé d'avoir réalisé en 1996, sous couvert d'une action humanitaire dans le cadre d'une épidémie de méningite et de rougeole, des essais d'un médicament, le Trovan Floxacin, dans le plus grand Etat de la Fédération nigériane, Kano, et ce sans avoir obtenu les accords nécessaires des autorités régulatrices du Nigeria.

Dans la plainte déposée auprès de la Cour Suprême Fédérale du Nigéria, le gouvernement indique que 200 enfants qui ont pris les médicaments de Pfizer ont ensuite souffert de diverses affections, notamment de surdité, de paralysie, de troubles de la parole, de lésions cérébrales ou de cécité. Onze enfants seraient décédés, selon le procureur.

Les premières auditions ont été fixées au 26 juin.

Selon la plainte, « aux environs du mois d'avril 1996, une épidémie de méningite bactérienne, de rougeole et de choléra avait sévi dans le nord du Nigeria, particulièrement dans l'Etat de Kano, et certains patients recevaient des soins à l'Hôpital des maladies infectieuses (IDH) grâce aux efforts conjoints du gouvernement fédéral du Nigeria et du gouvernement de l'État de Kano ».

« Au milieu de l'épidémie, Pfizer a imaginé un arrangement lui permettant de déformer et de cacher ses intentions premières sous couvert de participer aux soins des victimes de l'épidémie. » « Pfizer n'a jamais révélé qu'il avait eu l'intention de faire des expérimentations sur des victimes vulnérables ou de mener de quelconques essais cliniques, sans les approbations nécessaires des agences régulatrices du Nigéria, mais il a prétendu venir apporter une aide humanitaire. »

Les Autorités du Kano ont intenté en mai dernier un procès semblable à Pfizer devant la Haute Cour de l'Etat réclamant 2,75 milliards de dollars d'indemnités à la société pharmaceutique pour avoir « secrètement utilisé des enfants comme cobayes dans les tests d'un médicament sous le prétexte d'apporter une aide humanitaire ».

Le procureur général de l'Etat du Kano, Aliyu Umar, a demandé au tribunal de retenir contre le laboratoire 29 chefs d'accusation dont « comportement anti-éthique, comportement délictueux, complot, dissimulation et la mort de victimes innocentes ».

Pfizer réfute tout manquement à l'éthique

L'étude clinique d'un médicament Pfizer contre la méningite au Nigeria en 1996 a été « réalisée de manière éthique et responsable et a permis de sauver des vies », affirme dans un communiqué le groupe américain, après la plainte déposée lundi par le gouvernement nigérian. « Pfizer réfute fermement toute allégation à de quelconques manquements à l'éthique », indique le groupe, qui réitère dans un communiqué diffusé mardi sa position déjà exprimée dans cette affaire. « A cette époque, la trovafloxacine était en dernière phase de son développement clinique » et « avait été évalué chez 5.000 patients », poursuit le groupe pharmaceutique. Pfizer affirme avoir disposé « d'éléments scientifiques suggérant un rapport bénéfice risque favorable dans le traitement de la méningite à méningocoque ». Le groupe assure « avoir porté l'étude à la connaissance des autorités sanitaires locales ». Les parents des jeunes patients avaient donné leur accord, après une information dans deux langues (anglais et haussa), affirme le communiqué. Selon Pfizer, « il s'est avéré que la trovafloxacine a permis de sauver des vies ». « Sous traitement, le taux de survie des patients a été de 94,4 % alors qu'il atteignait 93,8 % chez les patients ayant reçu le traitement de référence. Les patients qui étaient traités à l'hôpital, en dehors de l'essai clinique Pfizer, présentaient un taux de survie de 89,9 % », assure le groupe.

Trovafloxacine : le rapport oublié du Nigeria

La trovafloxacine (Trovan®) est un antibiotique de type fluoroquinolone de quatrième génération. Commercialisé par Pfizer, cette fluoroquinolone, possédant 3 atomes de fluor, sera mis sur le marché en 1997 avant d'être interdit en Europe en raison de graves effets hépatiques (hépatite médicamenteuse).

Un rapport daté de 2001 a été rédigé par des experts du ministère fédéral de la santé du Nigeria. Il s'agit de cent pages intitulées "Commission d'enquête sur les essais cliniques de Trovan par le leader pharmaceutique mondial Pfizer à Kano en 1996". La commission d'enquête nigériane n'aurait jamais été formée si le Washington Post n'avait, en décembre 2000, publié une enquête approfondie sur les essais cliniques que les laboratoires pharmaceutiques mènent dans les pays en développement.

Ce médicament ne sera autorisé qu'en 1999 aux Etats-Unis. Cinq enfants de Kano seraient morts sans que l'on puisse affirmer que la molécule était en cause. Il provoquerait des handicaps liés en particulier à de l'arthrite.

Le rapport met en cause Pfizer qui aurait pratiqué un essai illégal du trovafloxacine (Trovan®) en 1996 sur près de 200 enfants et nourrissons à l'occasion d'une épidémie de méningite. Pfizer affirmera avoir obtenu l'accord oral des familles des enfants.

Les rapporteurs établissent que Pfizer n'a jamais obtenu d'autorisation formelle des autorités de santé du Nigeria d'administrer le Trovan. Le rapport conclut que Pfizer a mené un "essai clinique illégal d'une molécule non encore homologuée", et que cette opération, qui viole la loi du Nigeria, la Déclaration d'Helsinki sur l'éthique des essais cliniques et la Convention internationale des droits de l'enfant, "est un exemple parfait d'exploitation de l'ignorance".

En 2001, à l'issue de cette enquête journalistique, trente familles nigérianes avaient porté plainte devant un tribunal new-yorkais contre l'utilisation de leurs enfants. Mais leurs avocats avaient toujours échoué à obtenir le rapport de la commission d'enquête.

Cinq ans durant, le rapport Nigérian est resté dans les tiroirs de l'administration locale. Il a été subtilisé et confié, début mai 2007, au Washington Post sous anonymat. Le Washington Post en fera état le 7 mai 2007.

Le Washington Post a remis en mai 2007 le rapport à Pfizer, qui affirme que "le gouvernement nigérian n'a jamais informé Pfizer des conclusions des rapporteurs" et que le laboratoire ignorait même "qu'un rapport était issu des travaux de la commission d'enquête. Cependant, comme nous n'avons cessé de le répéter, Pfizer a mené des essais cliniques après avoir pleinement informé les autorités sanitaires du Nigeria, en accord avec la loi de ce pays et en restant fidèle à l'engagement du laboratoire sur le respect de la sécurité du patient". Pfizer ajoute qu'il "proteste vigoureusement contre toute tentative d'insinuer que le laboratoire a violé les règles éthiques".

Cette expérimenation a inspiré un roman et un film

Adapté du roman de John Le Carré et traduit en français sous le nom "La Constance du jardinier", publié à la fin de l'année 2000, "The Constant Gardener" est un film britannique réalisé par Fernando Meirelles. Il est sorti le 21 décembre 2005 en Belgique.

Récompenses :
  • Prix du meilleur film indépendant britannique, meilleur acteur (Ralph Fiennes) et meilleure actrice (Rachel Weisz), lors des British Independent Film Awards 2005,
  • Nomination au prix du meilleur réalisateur lors des Prix du cinéma européen 2005,
  • Golden Globes 2006, meilleur second rôle féminin pour Rachel Weisz,
  • Nomination au Lion d'or de Saint Marc, lors de la Mostra de Venise 2005.
  • Oscars 2006 : Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle pour Rachel Weisz.

Mardi 5 Juin 2007
Le Soir en ligne
Lu 1325 fois

Contacts | Qui sommes-nous ? | Actualités | Modules de Formation | Symposium | Législation et agrément | Résumé Hospitalier Minimal | Dépêches | Offres d'emploi | Article scientifique | TOUT sur le N.A.S.