Connectez-vous S'inscrire
SIZ-Nursing asbl

Plus d'un million d'asthmatiques en Belgique

Le Pr Michel regrette l'absence d'une «vraie spécialisation » en immuno-allergologie en Belgique, comme c'est le cas dans les autres pays d'Europe (à l'exception du Grand-Duché du Luxembourg).




En Belgique, plus d'un million de personnes souffrent d'asthme et la maladie perturbe la vie sociale d'un tiers d'entre elles, selon une récente étude internationale, a indiqué mardi le Pr Guy Joos (Université de Gand) dans le cadre de la journée mondiale consacrée à cette pathologie. Sept asthmatiques sur dix en souffrent lors de la pratique d'un sport.

L'asthme affecte moins d'individus dans les pays occidentaux depuis 2-3 ans, après avoir connu une progression croissante pendant 30 ans, selon le Pr Olivier Michel, allergologue à l'hôpital St-Pierre de Bruxelles. Selon des données belges (2001), 12 à 13 pc des enfants âgés de 0 à 15 ans sont asthmatiques contre 7 pc des adultes.

Cependant, «la maladie s'améliore spontanément à partir de 4 ans », précise le Pr Michel, expliquant que les bronches des enfants «grandissent proportionnellement plus vite que leur taille ».

Selon une étude menée auprès de 15.000 enfants âgés de 7 à 12 ans, et dont les résultats ont été publiés en 2005, «une petite moitie » de ces jeunes patients ignoraient souffrir d'asthme. «De trop nombreuses patients présentent les symptômes de l'asthme, sans que le diagnostic soit posé », regrette pour sa part le Pr Joos.

L'asthme, une affection des voies respiratoires, est la résultante d'une anomalie génétique et de facteurs environnants, explique le Pr Olivier Michel. «Prenez un Belge allergique aux acariens. Il va développer de l'asthme en Belgique parce qu'il y a des acariens, mais ce ne sera pas le cas si on l'envoie au Pôle Nord ». Dans 90 pc des cas, la maladie est d'origine allergique. Elle commence par une rhinite pour ensuite toucher les voies respiratoires. L'allergie provoquant l'asthme peut être environnementale ou, dans de plus rares cas, alimentaire, surtout chez les enfants (lait, oeufs, noix, noisettes, céréales, poissons, soja, moutarde, fruits exotiques, etc.).

L'exposition à la fumée de tabac, à des irritants chimiques sur les lieux de travail, sont des facteurs de risque supplémentaires, tout comme le climat, l'hyperémotivité et l'exercice physique.

Lors des crises d'asthme, des difficultés respiratoires sont observées, variant en gravité et en fréquence d'une personne à l'autre. La maladie affecte la sensibilité des terminaisons nerveuses des voies respiratoires, qui sont alors facilement irritables. Lors d'une crise, la paroi des voies respiratoires gonfle, rétrécissant leur calibre et réduisant le débit d'air inspiré et expiré.

Considéré comme une maladie héréditaire, l'asthme ne se guérit pas, mais se soigne. La base du traitement est l'inhalation de cortisone (en spray, le traitement est local et les doses de corticoïdes sont extrêmement faibles, entraînant peu d'effets secondaires). La prise de bronchodilatateurs complète le traitement, en relâchant les bronches lors de crise. La médication ne doit pas se prendre à vie si quelques mesures de précaution sont prises, notamment en modifiant son environnement allergisant le cas échéant.

Au niveau mondial, de 100 à 150 millions de personnes sont asthmatiques et on enregistre plus de 180.000 décès par an dus à cette affection.

Le Pr Michel regrette l'absence d'une «vraie spécialisation » en immuno-allergologie en Belgique, comme c'est le cas dans les autres pays d'Europe (à l'exception du Grand-Duché du Luxembourg).

L'éducation des médecins est par ailleurs indispensable, estime le spécialiste. Il prône une formation «correcte » dispensée tant pour les médecins généralistes que pour les spécialistes lors de leur cursus.

Mardi 2 Mai 2006
Belga
Lu 901 fois

Contacts | Qui sommes-nous ? | Actualités | Modules de Formation | Symposium | Législation et agrément | Résumé Hospitalier Minimal | Dépêches | Offres d'emploi | Article scientifique | TOUT sur le N.A.S. | Classification IF-IC