Connectez-vous S'inscrire
SIZ-Nursing asbl

Trop de vitamines peut causer le cancer de la prostate



Les hommes qui prennent régulièrement des compléments vitaminiques accroissent le risque de mourir un jour d’un cancer de la prostate. C’est ce qu’a révélé une étude américaine réalisée par le National Cancer Institute. Selon ce travail de recherche, une prise quotidienne de multi-vitamines augmente de 30 pour cent les chances de développer un cancer de la prostate, et double les chances d’en mourir. Les chercheurs n’ont trouvé aucun lien entre la prise de vitamines et la prévention contre ce type de cancer.

Selon le Dr Michael F. Leitzmann, des analyses et des recherches supplémentaires sont nécessaire pour confirmer cette relation de causalité et comprendre comment les vitamines et autres régimes alimentaires peuvent influer sur les risques de cancer. Toutefois, les tests ont porté sur 295.000 hommes, sur lesquels 8.765 avaient développé un cancer localisé de la prostate (le cancer reste confiné à la prostate), et 1.476 étaient à des stades avancés de la maladie (le cancer s’est développé même en dehors de la prostate).

La prostate est une glande volumineuse de l’appareil génital masculin. Elle se situe sous la vessie, au point de rencontre des voies urinaires et génitales. Plusieurs infections peuvent toucher cette glande, mais les plus importantes et les plus fréquentes sont bien la prostatite, l’adénome et le cancer. Le cancer de la prostate se développe à partir des cellules prostatiques qui bordent les petites glandes situées au sein de la prostate. Ces cellules peuvent s'étendre (se métastaser) depuis la prostate jusqu'à d'autres parties du corps, surtout les os et les ganglions lymphatiques.

Sur la base de cette nouvelle étude, les chercheurs recommandent aux hommes de consulter un médecin avant de prendre un traitement multi-vitaminique. Ce dernier devrait être réfléchi en prenant en considération les prédispositions du patient à ce type de cancer ou encore son exposition à des facteurs à risques telles que l’âge, la prédominance de ce cancer dans la famille, les antécédent de vasectomie, les régimes alimentaires riches en graisses, le manque d’activité physique, la surcharge pondérale et taux d’hormones sexuelles.

Cette étude fait partie des plusieurs autres travaux récemment effectués sur l’effet de la prise de suppléments vitaminiques notamment chez les personnes bien nourries, et qui n’en ont pas besoin à priori. En effet « l’idée de pouvoir éviter des maladies en prenant des antioxydant est très attractive » commente le professeur Christian Gluud, co-auteur de cette étude. « Les gens aiment bien y croire, et pour ceux qui en font un commerce, l’argument marketing est déjà tout trouvé » poursuit-il.

La majorité des cancers de la prostate sont découverts après 65 ans. 95% des cas surviennent entre 57 et 88 ans. L'âge moyen d'apparition d'un cancer de la prostate est de 73 ans. Chaque année en France, plus de 40 000 hommes sont touchés par le cancer de la prostate. Selon les chiffres de l’Institut National de Veille Sanitaire, le nombre de nouveaux cas annuels est estimé à environ 36,5 pour 100 000 hommes. Ainsi, un homme environ sur 9 présentera une forme clinique de cette maladie au cours de sa vie, peut on lire sur doctissimo.fr.

Vendredi 18 Mai 2007
Actualités News Environnement
Lu 1069 fois

Contacts | Qui sommes-nous ? | Actualités | Modules de Formation | Symposium | Législation et agrément | Résumé Hospitalier Minimal | Dépêches | Offres d'emploi | Article scientifique | TOUT sur le N.A.S.